Accueil
  • 25e semaine du temps ordinaire
    Couleur liturgique: vert

    Témoins de la foi

    Bienheureuse Émilie Tavernier-Gamelin. Née à Montréal en 1800, Émilie Tavernier apprend de sa mère la confiance en Dieu-Providence. Au fil des épreuves que sont la mort de ses parents, de sa sœur, de deux de ses frères, de ses enfants et de son mari, germe en son cœur une compassion profonde pour les itinérants, les orphelins, les sans-travail, les prisonniers, les sourds, les isolés, les malades. À la demande de Mgr Bourget, la Congrégation des Sœurs de la Providence est fondée en 1843.

    Lectures


    Éditorial du mois de septembre

    L’esprit ouvert à l’Esprit

    LES SOIREES NE SONT plus aussi lumineuses; les épluchettes de blé d’Inde cèdent leur place aux cueillettes de pommes; le matin, les rues grouillent de nouveau d’écoliers et d’étudiants. Bref, l’été tire à sa fin.

    Sur plusieurs plans – politique, scolaire, médiatique, littéraire –, c’est la rentrée. L’Église, malgré le rythme différent de son année liturgique, n’échappe pas à cette effervescence: les paroisses et diocèses lancent leur programme pastoral, les enfants commencent leur parcours de catéchèse, la participation aux eucharisties revient à la hausse.

    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Luc 9, 43b-45) Jésus accomplit des miracles et, en même temps, il annonce qu'il sera mis à mort. Devant ses guérisons, on ne tarit pas d'éloges. Devant sa vulnérabilité, les disciples se taisent. Aujourd'hui, si l'occasion se présente, je prendrai la parole pour défendre une personne vulnérable.

CÉLÉBRER LE DIMANCHE AVEC PRIONS

26e dimanche du temps ordinaire C (vert)

Les suggestions de cette section s’ajoutent à celles que Prions en Église offre chaque dimanche. Elles proviennent de la revue Vie liturgique

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

La formation des futurs prêtres aujourd'hui

Depuis le concile Vatican II, la formation presbytérale est définie par deux documents majeurs: Le ministère et la vie des prêtres et La formation des prêtres. Tous deux tracent les axes fondamentaux de la vie personnelle et ministérielle des pasteurs de notre Église. Pour mieux préciser les attentes des Pères du Concile, et actualiser leurs orientations, il existe aussi une Ratio, c’est-à-dire un document-cadre sans cesse mis à jour, et donnant des points de repère pour une formation ajustée aux besoins de la communauté.

Cette formation dispensée actuellement par les grands séminaires diocésains se base sur deux Ratio, l’une générale, pour l’Église universelle, qui date de 1996, l’autre propre au Secteur francophone du Canada, votée par les évêques en 2021. Ce dernier document indique que la formation destinée aux futurs prêtres se déploie en quatre volets dont chaque séminariste devra tenir compte dans le développement de sa personnalité et l’élaboration de son profil ministériel ou professionnel, soit les dimensions humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale.


Maturité humaine

Le document canadien insiste fortement sur le développement de la dimension humaine du futur prêtre: son équilibre personnel, la conscience de ses forces et de ses fragilités, son mode de vie et les conséquences de son appel au célibat. Il met aussi l’accent sur ses aptitudes à la vie communautaire et au travail d’équipe, ses dispositions à écouter et à discerner les besoins des gens, sa capacité à se situer comme citoyen responsable et solidaire des aspirations et des souffrances de ses contemporains. «Chez le prêtre, l’humain est la première chose qui se voit», a déclaré récemment l’archevêque de Medellin, Mgr Ricardo Antonio Tobon Restrepo, spécialiste en catéchèse et en formation presbytérale.

Vie spirituelle

Le volet spirituel demeure aussi un élément central dans la préparation des futurs pasteurs. La plupart des candidats actuels arrivent au grand séminaire avec une expérience de vie féconde, mais parfois marquée par des blessures profondes. Ils ont souvent exercé un travail technique ou professionnel et entretenu des relations sociales avant de se convertir et de vouloir consacrer leur vie au ministère pastoral. Ils ont alors à relire leur première rencontre avec le Christ et leur appel à devenir, soit des disciples-missionnaires engagés dans les réalités du monde, soit des pasteurs dont la vie spirituelle sera en grande partie nourrie par les activités de leur ministère au sein de l’Église.

Études théologiques et apprentissage pastoral

Le parcours de formation d’un futur prêtre dure habituellement sept ans: une année d’approfondissement du mystère chrétien et de sa foi, quatre années d’études en philosophie et en théologie, puis deux autres consacrées à des stages en paroisses répartis au fil de leur apprentissage. Les stages permettent, par leur côté pratique, l’intégration de la formation reçue au grand séminaire et des cours suivis à l’université. C’est devenu une période fort importante pour éclairer le discernement du candidat et celui de l’Église qui pourra l’appeler à être ordonné.    

Louis-André Naud

 

 

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >

Un temps pour prier

Un temps pour prier

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir chaque semaine des intentions de prière en lien avec l’actualité locale, internationale et religieuse.
Découvrez >

 
Liquidation d'inventaire
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À L'INFOLETTRE 'UN SOUFFLE PARTAGÉ'!