Accueil
  • 18e semaine du temps ordinaire
    Couleur liturgique: vert

    Témoins de la foi

    Sainte Lydie (1er siècle). Cette habitante de Philippes, en Macédoine, ouvrit sa maison à saint Paul et à ses compagnons. Après les avoir écoutés, elle demanda le baptême, devenant sans doute de ce fait la première chrétienne d’Europe.
    Xavier Lecœur

    Lectures


    Éditorial du mois d'août

    Place à la Parole

    ON QUALIFIE PARFOIS le judaïsme, le christianisme et l’islam de «religions du livre» parce qu’elles se réfèrent toutes trois à des écrits comme guides de leur foi: la Torah pour le judaïsme, la Bible pour le christianisme et le Coran pour l’islam. Je ne me prononcerai pas sur le judaïsme ni sur l’islam, mais pour ce qui est du christianisme, il serait plus juste de le qualifier de «religion de la Parole», plutôt que d’un livre, aussi noble et important soit-il. Un livre, en effet, est un objet inanimé, sans vie. Tandis que la Parole au cœur de la foi chrétienne, c’est le Verbe incarné, le Christ vivant

    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Matthieu 14, 22-36) Pierre est l'homme de peu de foi qui se serait noyé si le Seigneur ne l'avait sauvé. Cette expérience a renforcé sa confiance et ses croyances, et celles de ses compagnons. C'est donc que le doute fait partie de la foi.

CÉLÉBRER LE DIMANCHE AVEC PRIONS

8 août 2021 – 19e dimanche du temps ordinaire B (Vert)

Les suggestions de cette section s’ajoutent à celles que Prions en Église offre chaque dimanche. Elles proviennent de la revue Vie liturgique

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Martin Boos, prêtre évangélique

Né en Bavière, Martin Boos (1762 — 1825) devient orphelin à l'âge de quatre ans. Il est élevé par son oncle, puis devient prêtre pour le diocèse d'Augsbourg. L'évêque lui confie tour à tour plusieurs paroisses. Son expérience spirituelle ressemble à celle de Martin Luther: après avoir pratiqué pénitences et mortifications, il a compris que la foi au Christ nous sauve, et que la grâce de Dieu, et non nos mérites, nous procure le salut.


     La prédication enflammée de l'abbé Boos est à l'origine d'un mouvement de renouveau dans la région de l'Allgäu, au sud de la Bavière. Mais l'évêque d'Augsbourg se méfie de cet enthousiasme qui se rapproche trop, selon lui, de la doctrine protestante. Il ordonne la tenue d'une enquête sur Martin, puis le fait emprisonner. Libéré après plus d'un an, il se réfugie dans le diocèse de Linz, en Autriche. Après une quinzaine d'années de ministère paroissial fructueux, l'évêque de Linz s'inquiète à son tour, et Boos est de nouveau emprisonné. Il retourne en Bavière, comme professeur de latin pendant deux ans, puis comme curé de Sayn, capitale d'un petit comté près de Coblence, où il meurt. 

     Malgré les persécutions dont il a souffert, Martin Boos est demeuré fidèle au catholicisme de son enfance: «Je considère l'Église catholique comme ma mère, gardienne, protectrice et explicatrice de l'enseignement du Christ et de ses apôtres», écrit-il en 1823 à un ami qui lui proposait de devenir luthérien. Le souvenir de Martin Boos s'est conservé davantage dans les communautés protestantes que dans l'Église catholique. D'ailleurs, l'Église évangélique luthérienne rappelle sa mémoire le 29 août.

Claude Auger

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >

Découvrez le livre Grandir

Es-tu en train de vivre une perte, que ce soit une séparation, la perte de la santé, le deuil d'un être cher? GRANDIR veut t'accompagner sur la route qui s'ouvre devant toi