Accueil
  • 6e semaine de Pâques
    Couleur liturgique: blanc

    Témoins de la foi

    Saint Didier (mort en 607). Évêque de Vienne (Isère), il dénonça la vie dissolue de la cour de la reine Brunehaut. Celle-ci se vengea en le faisant arrêter et lapider.
    Xavier Lecœur

    Lectures


    Éditorial du mois de mai

    Regard vers l’avenir, unis dans la foi et la confiance

    POUR SOULIGNER LE 50e ANNIVERSAIRE de l’Organisation catholique canadienne pour le développement et la paix / Caritas Canada (OCCDP) en 2017, Mgr Douglas Crosby, O.M.I., évêque de Hamilton et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a publié une lettre pastorale intitulée Regard vers l’avenir, unis dans la foi et la confiance.



    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Actes 16, 22-34) On croit souvent qu’il faut d’abord faire quelque chose pour être sauvé, comme si tout dépendait de nous. Le salut est un don de Dieu qu’il faut savoir accueillir dans la joie et l’émerveillement. Il nous revient ensuite de traduire ce bonheur par des gestes.

     



CÉLÉBRER LE DIMANCHE AVEC PRIONS

28 mai 2017 — Ascension du Seigneur A (Blanc)

Les suggestions de cette section s’ajoutent à celles que Prions en Église offre chaque dimanche. Elles proviennent de la revue Vie liturgique

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

La solidarité entre les peuples

En 1967, la Conférence des évêques catholiques du Canada fondait l’organisme international Développement et Paix. Les évêques revenaient alors d’une immersion dans l’assemblée conciliaire dont les membres provenaient de tous les continents. Beaucoup y avaient pris conscience des énormes disparités entre les peuples. Ce coude-à-coude de plusieurs mois s’était avéré une véritable école de solidarité internationale. C’est là un droit fondamental; tous les autres, quels qu’ils soient, y sont subordonnés. Plusieurs évêques y ont appris que le sous-développement et la faim ne sont pas une fatalité, mais le fruit de choix humains et de structures fondées sur l’injustice et le péché. Habités par ces convictions, les évêques canadiens ont créé Développement et Paix pour assurer une collaboration commune et organisée sur le plan du développement international, mais aussi pour travailler à accroître, dans notre population et chez nos dirigeants politiques, la conscience que notre pays a des devoirs de solidarité envers les peuples plus démunis.


Paul VI, dans sa magistrale encyclique Populorum progresssio (Le développement des peuples), venait d'affirmer au monde: nous devons oeuvrer ensemble pour édifier l'avenir commun de l'humanité.» (no 43) Condition primordiale pour parvenir à la paix, le développement doit être intégral: «Promouvoir tout homme et tout l’homme.» (no 14) C’est là un droit fondamental; tous les autres, quels qu’ils soient, y sont subordonnés.

Raisons de s'y engager

Ce droit de chaque peuple au développement est fondé sur ce qu’est l’humanité. Nous avons tous et toutes une origine commune. Nous formons ensemble la famille humaine dans une solidarité de destin. Le caractère central de la personne et sa dignité inaliénable fondent l’égalité des communautés dans l’ensemble des nations. Le principe de la destination universelle des biens de la terre doit donc s’exercer dans la solidarité, la justice, la fraternité, la charité. Selon la ferme affirmation de Paul VI: «Si la terre est faite pour fournir à chacun les moyens de sa subsistance et les instruments de son progrès, tout homme a donc le droit d'y trouver ce qui lui est nécessaire.» (no 22)

En tant que nation riche

Dans sa grande encyclique sociale du jour de Pâques 1967, le Pape indiquait le but à viser: «Il s'agit de construire un monde où tout homme, sans exception de race, de religion, de nationalité, puisse vivre une vie pleinement humaine, affranchie des servitudes qui lui viennent des hommes et d'une nature insuffisamment maîtrisées; un monde où la liberté ne soit pas un vain mot.» (n47) 

Le pape François nous interpelle aujourd’hui: «Il faut rappeler toujours que la planète appartient à toute l’humanité et est pour toute l’humanité, et que le seul fait d’être nés en un lieu avec moins de ressources ou moins de développement ne justifie pas que des personnes vivent dans une moindre dignité.» (La joie de l’Évangile, no 190)

En ce cinquantième anniversaire de Populorum progressio et de Développement et Paix, une question s’impose à nous: comme citoyennes et citoyens d’un pays riche, sommes-nous soucieux d’exiger par nos votes et nos interventions collectives que notre pays assume sa responsabilité internationale envers les nations démunies? «Il y va de la vie des peuples pauvres, de la paix civile dans les pays en voie de développement, et de la paix du monde.» (Populorum progressio no 55)

Mgr Roger Ébacher 

 

Les carnets du parvis

Notre blogue - Les carnets du parvis

Suivez notre équipe de blogueurs!
En savoir plus >

Application Prions en Église

Application Prions en Église

L'Application Prions en Église facilite la prière et rend la parole de Dieu accessible en toutes circonstances.
Découvrez >