Accueil
  • 18e semaine du temps ordinaire
    Couleur liturgique: blanc

    Témoins de la foi

    Saint Jean-Marie Vianney. Mieux connu sous le nom de «curé d’Ars», petit village près de Lyon, Jean-Marie Vianney mena une vie de prière et de pénitence qui ramena à Dieu une paroisse peu pratiquante. Sa réputation de confesseur attira à Ars des milliers de pèlerins, jusqu’à sa mort en 1859.

    Lectures

    • Jérémie 30, 1-2.12-15.18-22
    • Psaume 101 (102)
    • Matthieu 15, 1-2.10-14

      En savoir plus >

    Éditorial du mois d'août

    L’Assomption

    IL EST RARE que je pressente à ce point le décalage qu’il y aura entre le climat dans lequel je vous écris cet éditorial et celui dans lequel vous le lirez. En cette fin de mars, la pandémie de la Covid-19 est à notre porte. Elle s’installe, elle met déjà toutes nos routines sens dessus dessous et nul ne peut prédire sa durée ni l’ampleur des chamboulements qu’elle provoquera encore d’ici la diffusion du présent Prions en août et au-delà.

    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Matthieu 15, 1-2.10-14) La vraie purification émane du cœur: pensée droite, amour, miséricorde, justice, désir de paix, de réconciliation... Demandons à l'Esprit d'habiter nos cœurs afin d'y poursuivre ce travail de sanctification.

En ces temps de pandémie, Prions en Église vous offre les textes de la messe du jour afin de nourrir votre vie de prière en Église.


Lundi 3 août Mardi 4 août Mercredi 5 août Jeudi 6 août Vendredi 7 août Samedi 8 août Dimanche 9 août

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Le développement humain authentique 

La vision que les humains se font du monde dépend de l'interprétation de ce dernier, ce que l'on appelle une cosmologie.  


Avant le 2siècle: cosmologie babylonienne

Aux temps bibliques, la Terre est conçue comme plate et circulaire; elle flotte ou repose sur des colonnes (cf. Psaume 23, 2; 1 Samuel 2, 8), sur une nappe infinie d'«eaux du chaos»; le ciel est un dôme solide (le «firmament») qui retient les eaux du chaos, repère des démons. La Genèse, au 6e siècle avant notre ère, ordonne à l'être humain de dominer l'ensemble de la nature (cf. 1, 26-28).

Du 2e au 16siècle: cosmologie ptoléméenne 

Au 2e siècle de notre ère, Claude Ptolémée change cette conception babylonienne. Il détermine que l'univers forme des orbites autour de la Terre qui est stationnaire. Les planètes se meuvent dans un mouvement circulaire. Jusqu'au 16siècle, toute la conception du monde et la théologie de la création reposeront sur la cosmologie de Ptolémée et la physique d'Aristote (4siècle avant notre ère). La Terre est le centre immobile de l'univers. Les astres sont des sphères parfaites qui se meuvent le long de cercles parfaits. L'être humain, à l'image de Dieu, est le maître de la création. 

Cosmologie du 16e  au 19siècle

Avec l'avènement des sciences naturelles, Nicolas Copernic émet au 16siècle l'hypothèse que le Soleil, et non la Terre, est le centre de l'univers. Jean Kepler (17siècle) découvre que les orbites planétaires sont en fait elliptiques et non circulaires. Les astres et leurs trajectoires ne sont donc pas parfaits contrairement à ce que disait Aristote. Au 17siècle, Galilée découvre, grâce au télescope, que la Terre n'est pas immobile; elle tourne sur elle-même ainsi que le Soleil.

Toutes les certitudes acceptées pendant plus d'un millénaire s'effondrent sous l'assaut des sciences naturelles. L'Église s'en tient néanmoins à la lettre de la Bible à laquelle correspond la cosmologie de Ptolémée. La théorie du Soleil, centre de l'univers, est déclarée hérétique en 1616 par la Congrégation de l'Index. Galilée est forcé par l'Inquisition de se récuser en 1633 et est condamné pour hérésie.

Forcée de reculer et d'admettre ses torts à l'égard de Galilée, l'Église a abandonné le monde physique aux sciences. Au 19siècle, la géologie et la physique ont montré que l'âge de la Terre était beaucoup plus ancien que qu'on ne le croyait précédemment. Par ailleurs, la théorie de l'évolution, datant de la même époque, suggère que la frontière entre l'humain et le reste de la nature est moins précise qu'on ne le supposait. La cosmologie moderne, en effet, découvre que l'univers n'a pas de centre et donc que l'être humain ne peut y trôner. Cela dit, ce dernier, par sa capacité de penser, est plus qu'un figurant au sein de l'univers.   

Le décor monte sur la scène

La nature non humaine a été considérée jusqu'à récemment comme le décor du théâtre de l'activité des peuples de la terre, qui avait relativement peu d'influence sur lui. La pollution et les changements climatiques ont changé cette perspective. Le pape François ouvre l'encyclique Laudato si' par un résumé des contributions des sciences naturelles aux problèmes environnementaux. Il a ainsi le mérite d'avoir contribué à réconcilier les sciences naturelles avec la théologie de la création, qui, elle, n'essaie plus d'entrer en compétition avec ces champs de recherche.    

Philippe Crabbé

 

 

 

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >