En juin 1938, à Ottawa, paraissait pour la première fois une modeste publication intitulée Prie avec l’Église qui allait connaître une très large diffusion au cours des décennies suivantes. «Le 1er janvier 1965, alors que le Concile [Vatican II] s’achève, Prie avec l’Église devient Prions en Église. Plus qu’un changement de nom, la nouvelle appellation tient compte du cheminement théologique opéré à l’occasion du Concile, alors qu’on réalise que le peuple de Dieu en prière ne s’unit pas à l’Église, mais est l’Église.» (Claude AUGER, Les soixante-quinze premières années de Novalis, 2010)

Un détail intéressant manque ici quant au passage du nom Prie avec l’Église à Prions en Église. En effet, au départ, les responsables de la publication, des pères oblats, faut-il le rappeler, avaient spontanément envisagé de la renommer Prions avec l’Église. L’introduction du pluriel répondrait bien aux grandes orientations du Concile concernant la dimension communautaire de l’Église. Mais un des pères présents lors de la discussion a pensé aller plus loin: tant qu’à changer de nom, pourquoi ne pas dire Prions en Église? Comme on dit «manger en famille» ou «célébrer en famille». Un tout petit changement de préposition, mais très significatif. L’expression devient encore plus inclusive et signale qu’il s’agit d’une invitation non pas simplement à se joindre à l’Église qui prie, mais à former, à être, personnellement et collectivement, cette Église en prière.

On peut ici faire un lien entre cette petite histoire d’un changement de nom et la démarche synodale dans laquelle est entrée l’Église depuis octobre 2021 et qui aboutira à un synode au printemps 2023. Un synode est une initiative qui revient à l’évêque de Rome. Il consiste en une vaste opération de consultation et de réflexion portant sur un thème ou un enjeu en lien avec la vie ecclésiale. Rappelons que le mot synode, qui vient du grec, signifie «marcher avec». Le pape François souhaite d’ailleurs que le plus grand nombre de gens entrent dans ce processus. Autrement dit, il nous appelle tous et toutes à marcher avec l’Église. Mais peut-être serait-il plus approprié de paraphraser le nom de Prions en Église et de formuler ainsi cet appel: «Marchons en Église!» Oui, souhaitons que le synode soit une occasion de cheminer en tant qu’Église et de nous laisser entrainer sur des chemins nouveaux pour apprendre à mieux transmettre la lumière de l’Évangile en notre monde qui en a bien besoin.

Jean Grou

Souhaitons que le synode soit une occasion de cheminer en tant qu’Église et de nous laisser entrainer sur des chemins nouveaux.

 
 
Liquidation d'inventaire
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À L'INFOLETTRE 'UN SOUFFLE PARTAGÉ'!