Éditorial

Temps de la création

Depuis 2015, le 1er septembre est la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création. Et cette année, je donnerais à cette Journée une intensité particulière pour plusieurs raisons, dont le fait qu’elle tombe un dimanche et que le pape François l’a instituée en 2015, à la suite de la publication de son encyclique Laudato si’. Ce lien-ci m’invite en outre à attirer encore votre attention sur la série de chroniques que l’édition dominicale de Prions en Église consacre depuis juillet dernier à ce texte majeur sur la sauvegarde de la maison commune qu’est notre terre. Sous la rubrique Aujourd’hui, l’environnement, nous l’explorerons durant deux ou trois ans, pour qu’il se taille un chemin dans notre prière, nos choix de vie et nos comportements.

Les trois premières chroniques, dont celle de ce 1er septembre, donnent déjà une bonne idée de ce que vise et contient l’encylique Laudato si’. Entre autres, elle valorise «la qualité des relations des humains entre eux, avec le monde naturel et avec Dieu». Ainsi, les prochaines chroniques montreront, par exemple, comment Laudato si’ assimile l’état de notre planète à la condition des pauvres dont il nous faut prendre soin. Elles présenteront ensuite une série de flashs illustrant l’ampleur de la crise environnementale qu’évoque son premier chapitre. Le bilan est dramatique, mais à l’école du pape François, on apprend à adapter joyeusement son regard et ses habitudes en vue de la sauvegarde du bien commun.

En réalité, le Pape a un précurseur en Bartholomeos Ier de Constantinople, le premier primat chrétien à avoir placé l’écologie au centre de sa réflexion. L’initiative papale de 2015 rejoint celle de ce «patriarche vert», qui avait lancé dès 1989 une Journée de protection de l’environnement, célébrée le 1er septembre. Pour les Églises orthodoxes, cette date marque le début de l’année liturgique et est le jour anniversaire symbolique de la création du monde. En 2007, lors du troisième rassemblement œcuménique de Sibiu en Roumanie, ces mêmes Églises ont proposé que la période du 1er septembre au 4 octobre, date de la fête de saint François d’Assise, soit un Temps de la création.

En somme, septembre est le mois privilégié pour lire ou relire et prier Laudato si’: autant l’encyclique que le Cantique des créatures dont elle a repris les premiers mots. Saint François les a prononcés dans un moment dramatique d’obscurité, de souffrance et de découragement. Se reconnaissant alors totalement dépendant de Dieu, son Seigneur, il a senti et exprimé d’une manière extraordinaire la fraternité qui le liait à toutes les créatures, y compris les forces destructrices qui travaillaient son âme. Il faudra un élan comme celui-là pour sauver notre planète.

Jacques Lison

 

À l’école du pape François, on apprend à adapter son regard et ses habitudes en vue de la sauvegarde du bien commun.