Éditorial

Soixante-quinze ans de collégialité épiscopale et de solidarité

À l’occasion de la collecte annuelle pour les besoins de l’Église au Canada (les 29 et 30 septembre), je voudrais souligner le 75e anniversaire de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC). La CECC a été fondée en 1943 sous le nom de Conférence catholique canadienne. Elle a été reconnue par le Saint-Siège en 1948 et, après le concile Vatican II (1962 — 1965), est entrée dans le réseau mondial des conférences épiscopales.

Soucieux de répondre aux besoins et aux défis de l’Église au Canada et de la société canadienne, les évêques catholiques, qui se rencontraient déjà sur une base régulière depuis plusieurs années, ont voulu se donner un lieu de concertation pour mieux promouvoir les dons et le bien que l'Église pouvait offrir à la population, en utilisant des moyens adaptés aux circonstances du temps et du lieu. Les questions pastorales, liturgiques, religieuses et sociopolitiques étaient au cœur de la vie de l’Église et des familles de l’époque, alors que le Canada était engagé dans la Deuxième Guerre mondiale. Dans ce contexte, il s’agissait de trouver comment porter le message d’espérance de l’Évangile tout en se faisant proche des préoccupations des femmes et des hommes de l’époque.

Aujourd’hui encore, par l’entremise de la Conférence épiscopale, les évêques catholiques œuvrent dans plusieurs domaines d’évangélisation et de pastorale: transmission de la foi chrétienne, éducation de la foi et catéchèse, questions doctrinales et éthiques, initiatives œcuméniques, dialogue interreligieux, relations internationales, relations avec les peuples autochtones, questions de justice sociale, et développement d’une culture de la vie et de la famille. La Conférence leur permet de promouvoir la collégialité qui existe entre les évêques de chez nous et assure une coordination qui vise à rassembler les efforts particuliers et à établir des initiatives communes d’importance nationale. En fait, la Conférence existe pour aider les évêques dans leur ministère au bénéfice du peuple de Dieu. Comme pasteurs de l’Église d’ici, ils peuvent ainsi s’engager dans un dialogue franc et cohérent avec les autorités politiques du pays.

La collecte pour les besoins de l’Église au Canada donne l’occasion aux catholiques du pays d’être solidaires avec leur diocèse ou éparchie et leur permet de participer à la mission de leur assemblée épiscopale régionale et à celle de la Conférence épiscopale nationale.

Lionel Gendron, P.S.S., évêque de Saint-Jean-Longueuil et Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

 

crédit pour la photo: ©CECC