Accueil
  • 25e semaine du temps ordinaire
    Couleur liturgique: vert

    Témoins de la foi

    Saint Saintin (4e siècle). Vénéré comme premier évêque de Meaux et de Verdun.
    Xavier Lecœur

    Lectures


    Éditorial du mois de septembre

    Sous le signe de la Croix

    En ces années de pandémie que nous n’avons pas fini de traverser, l’idée me vient de placer la rentrée sous le signe de la croix. Elle est célébrée le 14 septembre, le jour où fut consacrée, en 335, l’église du Saint-Sépulcre, appelée aussi basilique de la Résurrection, que l’empereur Constantin avait fait bâtir à proximité du lieu de la crucifixion de Jésus. Dans la liturgie actuelle, cette fête de la Croix glorieuse se situe quarante jours après celle de la Transfiguration du Seigneur, célébrée le 6 août. Ainsi, mine de rien, une sorte de Carême d’été nous est proposé pour apprendre à quel point l’instant de bonheur fulgurant qui a saisi Pierre, Jacques et Jean sur la montagne n’était qu’une annonce furtive de la joie pascale. On n’apprend celle-ci qu’en passant par la croix.

    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Esdras 9, 5-9) Cela demande tout un apprivoisement de s'abandonner vraiment dans les bras de la miséricorde de Dieu. Lorsque la culpabilité m'envahit, il me dit que ce n'est pas après, mais avant que j'aurais dû y penser. Maintenant, Dieu me rend la vie.

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Mettre la Parole en pratique

S'il y avait un combat de livres du Nouveau Testament, je défendrais certainement la Lettre de Jacques. Il s'agit d'un texte unique, permettant de penser l'éthique chrétienne et de la vivre.

      La sagesse y est à l'œuvre par des exemples concrets qui portent un regard sur la vie économique, sociale et religieuse des premiers chrétiens. Dans un style imagé, Jacques va droit au but et frôle parfois l'ironie: «Supposons qu'un frère ou une sœur n'ait pas de quoi manger tous les jours; si l'un de vous leur dit: “Allez en paix! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim!” sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il? Ainsi donc, la foi, si elle n'est pas mise en œuvre, est bel et bien morte.» (2, 15-17) 

     Cette lettre se préoccupe beaucoup des pauvres. La réponse chrétienne à la pauvreté n'est pas qu'une œuvre de charité. Pour Jacques, aider son prochain est à la fois un enjeu de salut et un façon de vivre le bonheur ici et maintenant. Ce texte traite aussi de l'importance de la prière, de la fraternité en Église, du pardon, de la médisance, de la paix et de la justice. 

      Il faut absolument lire cette lettre pour prendre conscience de l'importance de mettre la Parole en pratique (cf. 1, 22). L'accueil et l'écoute de la Parole sont capitaux, mais si nous restons à ces étapes sans passer à l'action, pour Jacques, nous n'avons rien compris. 

     Et tout ça en cinq chapitres qui ne prennent que quelques minutes à lire. Je vous convie donc à prendre votre Bible pour lire la Lettre de Jacques... et ensuite à la refermer pour vivre selon la sagesse de cette lettre.

Sébastien Doane

 

 

 

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >

Découvrez le livre Grandir

Es-tu en train de vivre une perte, que ce soit une séparation, la perte de la santé, le deuil d'un être cher? GRANDIR veut t'accompagner sur la route qui s'ouvre devant toi