Accueil
  • 5e semaine du Carême
    Couleur liturgique: violet

    Témoins de la foi

    Saint Léonard Murialdo (1828 - 1900). Tout comme ses compatriotes turinois, saint Jean Bosco, saint Joseph Cafasso et saint Joseph-Benoît Cottolengo, ce prêtre se consacra aux œuvres sociales chrétiennes. Il fonda l’institut de Saint-Joseph pour venir en aide aux apprentis. Canonisé en 1970.
    Xavier Lecœur

    Lectures

    • Daniel 13, 1-9.15-17.19-30.33-62 ou Daniel 13, 41c-62
    • Psaume 22 (23)
    • Jean 8, 1-11

      En savoir plus >

    Éditorial du mois de mars

    Apprendre l’humilité

    Parmi les expériences des premiers moines qui sont allés suivre les traces de Jésus au désert vers les 3e et 4e siècles, on raconte celle-ci: «Le diable, transformé en ange de lumière, apparut à un frère: “Je suis l’ange Gabriel, lui dit-il, et je suis envoyé vers toi.” Le frère lui répondit: “Es-tu bien sûr de n’avoir pas été envoyé vers quelqu’un d’autre? Car moi, je ne suis pas digne de recevoir la visite d’un ange.” Le démon disparut aussitôt.»

    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Psaume 22) La fidélité de Dieu ne signifie pas que nous ne traverserons jamais d'épreuve, mais plutôt que nous ne serons jamais seuls quand cela nous arrivera. N'est-ce pas là une excellente raison de nous réjouir?

En ces temps de pandémie, Prions en Église vous offre les textes de la messe du jour afin de nourrir votre vie de prière en Église.


Lundi 30 mars Mardi 31 mars Mercredi 1er avril Jeudi 2 avril Vendredi 3 avril Samedi 4 avril Dimanche 5 avril

CÉLÉBRER LE DIMANCHE AVEC PRIONS

5 avril 2020 — Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur (Rouge)

Les suggestions de cette section s’ajoutent à celles que Prions en Église offre chaque dimanche. Elles proviennent de la revue Vie liturgique

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Acquérir l'intelligence urbaine

Le livre des Proverbes (ch. 1 à 9), qui invite à prêter une oreille attentive à la sagesse et à soumettre son cœur à la raison, m’a conduit à réfléchir sur l’environnement de la ville. Et j’ai trouvé dans l’encyclique Laudato si’ du pape François, parlant de la beauté des choses, un éclairage important sur cette matière devant laquelle bien des gens se sentent impuissants. Le Saint-Père formule le constat suivant, qu’il serait sage de ne pas prendre à la légère: «Il y a une grande détérioration de notre maison commune.» (no 61) Détérioration qu’il convient de mettre en relation avec l’urgence d’embellir les paysages des villes. Cette tâche est aussi un devoir, celui d’alléger bien des souffrances.


Contrer la grande détérioration

Le design urbain, l’aménagement des villes et du territoire national laissent souvent à désirer. Il est trop abandonné au laisser-faire. En général, il ne répond qu’aux besoins de l’automobile et aux intérêts des promoteurs immobiliers. Il en résulte une déperdition des terres agricoles et une perte de qualité du visuel. Le pape François combat cette infertilité et cette laideur.

Il puise à l'intelligence biblique, relayée par Laudato si', en y affirmant que les États devraient faire davantage appel à des scientifiques dont la compétence s'inscrit dans la beauté et l'équilibre des formes. Ces derniers souligneront en effet qu'il n'est pas raisonnable de loger des gens dans des maisons aux formes cubiques, sans vie et parfois hors de prix à des dizaines de kilomètres de leur lieu de travail.    

Pourquoi ne pas presser nos édiles de favoriser la construction de véritables villes au lieu des dortoirs sans âme qu’ils laissent naître partout? Pourquoi ne pas amorcer dès maintenant, dans notre quotidien, de petits changements qui pourraient prendre de l’ampleur? C’est ce que conseille le sage père à ses fils: «Cède tout ce que tu as pour acquérir l’intelligence.» (Proverbes 4, 7)

Quelques suggestions

Dans cet esprit, je me permets d’émettre quelques suggestions susceptibles d’améliorer l’état de nos villes. Subventionner le propriétaire qui y réside. Un employé, en effet, sera plus heureux s’il vit près de son travail; il sera, lui, l’unité de base de la ville. Concevoir l’école davantage comme une maison que comme une usine; un lieu où les élèves vivent comme des personnes, jouissant d’un bel aménagement paysager. Réduire l’envahissement de la publicité automobile dans les différents médias au profit d’une promotion de la croissance saine des milieux urbains. Interdire les piscines domiciliaires individuelles dans les couronnes extérieures. Bannir les maisons surdimensionnées (les monster houses) au profit de demeures dont l’espace intérieur correspond au nombre de ses occupants. Édifier des logements bien dessinés, peu prétentieux et organiquement reliés entre eux. Soumettre le design des résidences de plus de quatre étages à l’approbation d’un bureau d’architecture étatique. Construire des bâtiments avec des matériaux locaux, notamment le bois. 

N’hésitons pas à envisager la concrétisation de ces suggestions et à en inventer d’autres. Car travailler d’abord à l’embellissement de notre environnement est plus intelligent que de laisser la laideur continuer à l’empoisonner. Ce sera une manière d’entretenir la maison commune que Dieu nous a prêtée et d’en jouir avec lui.

Jean-Pierre Bonhomme

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >